La définition de ce secteur établie par le Conseil des ressources humaines du secteur culturel est la suivante : « Le diffuseur de spectacle est un exploitant de salle ou celui qui loue une salle ou un site extérieur pour y présenter des spectacles. Le diffuseur de spectacle assume les coûts de l’achat du spectacle en obtenant du producteur (directement ou par l’entremise d’un agent de spectacle) le droit de présenter le spectacle pour un nombre déterminé de représentations. Il a la charge de l’accueil du public, de la billetterie, de la sécurité, de la promotion et de la technique. Le diffuseur de spectacle veille également à ce qu’il y ait sur le site, tout le personnel supplémentaire nécessaire au spectacle tel que machinistes, placeurs, concierges, traiteurs, etc. »

Selon l’Institut de la statistique du Québec, en 2005-2006, on retrouvait 93 diffuseurs pluridisciplinaires soutenus par le ministère de la Culture et des Communications. D’après le « Portrait statistique des programmes de soutien à la diffusion des arts de la scène » réalisé par le ministère de la Culture et des Communications, en 2005, les diffuseurs pluridisciplinaires soutenus ont présenté 3 341 spectacles, avec une moyenne de 35,9 spectacles par diffuseur. De plus, également en 2005, les diffuseurs majeurs (présentant un minimum de 40 spectacles professionnels achetés par année) sont ceux qui ont présenté le plus grand nombre de spectacles. Par contre, les diffuseurs intermédiaires (minimum de 20 spectacles professionnels achetés par année) et les diffuseurs complémentaires (minimum de 7 spectacles professionnels achetés par année) ont présenté une plus grande proportion de spectacles de théâtre, danse, musique ou chanson. En effet, pour les diffuseurs majeurs ces spectacles représentent 75,2% de la programmation, alors que la proportion est de 81,5% pour les intermédiaires et de 84,2% pour les complémentaires. La programmation des diffuseurs pluridisciplinaires est principalement composée de spectacles de chanson, suivis des variétés, du théâtre, de la musique et de la danse qui arrive au dernier rang. Du côté de l’assistance, il est à noter que ce sont les diffuseurs majeurs qui dominent, alors qu’ils obtiennent près de 80% des spectateurs.

OBJECTIF SCÈNE: La naissance d'un réseau

En mai 2003, le Conseil régional de la culture du Saguenay-Lac-Saint-Jean invite des intervenants du milieu culturel du domaine de la diffusion à participer à une journée de réflexion sous le thème Développer la diffusion régionale. Les diffuseurs y expriment une véritable volonté de regroupement et de concertation entre diffuseurs professionnels. Travaillant de concert avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le milieu professionnel établit des critères spécifiques d’admissibilité reconnaissant la profession de diffuseur. Ainsi est né Objectif Scène, le réseau des diffuseurs professionnels en arts de la scène du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui représente et défend leurs intérêts, promeut la diffusion des arts de la scène et offrir des services aux diffuseurs membres.

Site d'Objectif scène