Le secteur de la musique comprend les artistes œuvrant dans la musique classique, la musique non classique ainsi que la chanson. Il comprend les musiciens, les chanteurs qui chantent dans des orchestres, des chorales, des groupes ainsi que les professeurs de musique. Celui-ci couvre un large éventail de genres musicaux et contribue grandement au dynamisme culturel du Québec. Selon Service Canada, au cours des dernières années, le nombre de musiciens et des chanteurs a augmenté de façon notable notamment en raison des plus grandes dépenses de consommation, de la popularité croissante des cours de musique et de chant, et de la diversification des modes de diffusion. Depuis plusieurs années, ce secteur est en constante évolution, entre autres en raison des nouvelles technologies qui ont donné lieu à de nouvelles pratiques. Par exemple, l’arrivée d’internet a engendré des difficultés à percevoir les droits d’auteur et a contribué à diminuer considérablement la vente de CD de musique. D’un autre côté, l’arrivée d’internet a permis de rendre la musique accessible à un plus large public. Toujours selon le site Web de Service Canada, le milieu de la musique est composé de 61,9% d’hommes et de 38,1% de femmes.

Selon le « Portrait du secteur de la musique au Québec », réalisé par le Conseil des arts et des lettres du Québec, la musique classique et l’opéra constituent 49 % de l’ensemble des représentations offertes à la population québécoise en 2006, la musique jazz et blues 24 %, alors que la musique du monde et la musique folklorique 17 %. En 2004, le taux d’assistance de la population adulte a un concert de musique classique dans la dernière année était de 14 %, comparativement à 5 % pour l’opéra et 13 % pour la musique jazz ou blues. De plus, la majorité des spectateurs assistants aux concerts de musique classique ont plus de 45 ans, alors que la musique jazz et blues attire principalement des spectateurs âgés entre 25 et 54 ans. Enfin, l’assistance des spectacles est constituée en majorité d’une clientèle plus scolarisée.

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Le milieu de la musique occupe une grande partie du paysage culturel de la région. Avec l’Orchestre Symphonique du Saguenay–Lac-Saint-Jean, le Conservatoire de musique de Saguenay, le Camp musical du Saguenay–Lac-Saint-Jean, les différentes écoles de musique, les nombreux festivals, dont le Festival Jazz et Blues et le Festival de musique de création, et bien d’autres, ce secteur est sans aucun doute l’un des plus dynamiques de la région. L’Orchestre symphonique permet d’attirer des musiciens classiques de partout à travers le Québec et incite les jeunes à obtenir une formation dans ce domaine; il existe d’ailleurs une grande collaboration entre celle-ci et le Conservatoire de musique. Cette passion est également propagée dans certaines écoles de la région, tant au niveau collégial qu’au niveau primaire. Le Collège d’Alma amène d'ailleurs plusieurs jeunes de la région à se spécialiser en jazz, alors que certaines écoles primaires, dont l’école La Carrière, développent des projets stimulants afin d’intéresser les jeunes à la musique. Les différents acteurs n’hésitent pas à travailler ensemble afin de contribuer à la santé de leur discipline. Par exemple, le groupe de compétence « Musique » a  mis en place la semaine « Faites de la musique » qui a pour objectifs de permettre à des milliers de jeunes de poser un geste musical en participant à un événement rassembleur d’envergure régionale, et de provoquer un contact musical avec le plus large auditoire possible. Cet événement, qui incite les acteurs du milieu musical à se rassembler afin d’atteindre des buts communs, démontrer bien l’esprit d’équipe qui y règne. Aussi, récemment, le milieu musical de la région s’est mobilisé en déposant une pétition à l’Assemblée nationale du Québec en faveur de l’enseignement obligatoire de la musique dans les écoles.