Le domaine du patrimoine et de la muséologie comprend les établissements et les travailleurs qui s’occupent de la gestion, la protection, la conservation, la diffusion ou la promotion du patrimoine, des musées et des archives. Selon la définition de L‘OCCQ, « par établissements du patrimoine, on entend les établissements dont l'activité principale consiste à étudier, acquérir, gérer, conserver, restaurer, protéger, entretenir des biens et des sites patrimoniaux, transmettre la culture traditionnelle, promouvoir et enfin mettre en valeur par des actions de sensibilisation, de diffusion et d'animation le patrimoine national, régional ou local. (…) Par institutions muséales, on entend les établissements à but non lucratif, musées, centres d'exposition et lieux d'interprétation, qui, outre les fonctions d'acquisition, de conservation, de recherche et de gestion de collections assumées par certains, ont en commun d'être des lieux d'éducation et de diffusion consacrés à l'art, à l'histoire et aux sciences. Par centres et services d'archives, on entend les établissements dont l'activité principale consiste à acquérir, traiter, conserver et diffuser des documents inactifs de valeur permanente (archives historiques) et à gérer des documents actifs et semi-actifs. »

Une des fonctions principales du secteur du patrimoine et de la muséologie est la conservation. Selon l’état des lieux du patrimoine, des institutions muséales et des archives réalisé par l’OCCQ, le réseau compte d’ailleurs plus de 150 000 membres et le taux de fréquentation y est très élevé.

Le milieu du patrimoine est ouvert sur plusieurs domaines connexes et génère plusieurs activités, en plus de remplir sa mission. Il contribue grandement aux autres domaines culturels, malgré certaines difficultés financières. Selon ce même rapport, ces organismes récoltent une grande partie de leurs revenus grâce à leurs membres qui se sentent interpellés par ce secteur, ce qui les incite à participer à sa protection. Les trois quarts des établissements engagent du personnel rémunéré, dont 63,1% sont des salariés à temps plein et sept établissements sur 10 bénéficient de personnel non rémunéré. D’un point de vue économique, le milieu du patrimoine se retrouve dans une situation critique avec peu de ressources humaines et des revenus très faibles.

Du côté des musées, ceux-ci connaissent une période difficile d’un point de vue financier; le gouvernement étant la principale source de revenus. L’état des lieux du patrimoine, des institutions muséales et des archives réalisé par l’OCCQ démontre que 90 % des organismes muséaux ont comme seule mission d’administrer une activité muséologique, alors que 6 % d’entre eux chapeautent également une activité secondaire en patrimoine ou en archive et que 4 % sont associés à des organismes en patrimoine ou à des centres d’archives. En 2004, le réseau des musées comptait 93 332 membres et avait accueilli 12,2 millions de visiteurs. De plus, près de 94 % des musées emploient du personnel rémunéré, dont plus du tiers est composé de salariés à temps partiel, de saisonniers, de contractuels, de pigistes, d’étudiants ou de stagiaires. La contribution des bénévoles occupe également une grande place dans le fonctionnement de ses institutions, alors que 68 % de celles-ci bénéficient de ce type de main-d’œuvre.

Le secteur des archives connaît quant à lui des difficultés autant au niveau financier, humain et matériel. D’un autre côté, il contribue fortement au développement de la société et constitue un patrimoine indéniable et unique qui participe à la définition de notre identité.

 

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Dans la région, le secteur du patrimoine et de la muséologie est représenté par plusieurs organismes dynamiques. Le Réseau muséal du Saguenay–Lac-Saint-Jean permet une grande collaboration entre les différents musées, favorisant les échanges et les partenariats entre ceux-ci. En 2011, on comptait 18 institutions membres, incluant des musées, des centres d’exposition, des centres d’interprétation et des lieux historiques.

 Selon le « Portrait statistique en culture » réalisé par le ministère de la Culture et des Communications, du côté du patrimoine, des sept organismes présents dans la région, quatre sont situés à Saguenay. De plus, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, le nombre de monuments et de sites est deux fois plus élevé que celui des autres régions éloignées et est supérieur à la moyenne de l’ensemble du Québec. Les sites du patrimoine sont également plus élevés que la moyenne de l’ensemble du Québec.

Pour ce qui est des institutions muséales, le Saguenay–Lac-Saint-Jean compte un nombre similaire d’institutions que le reste des régions éloignées. Par contre, en comptant le nombre de musées par 100 000 habitants, la région en compte deux fois moins que les régions éloignées. De plus, ce sont les lieux d’interprétation en histoire, en ethnologie et en archéologie qui y constituent la majorité des institutions muséales. Le taux de fréquentation de ceux-ci est comparable à celui de l’ensemble du Québec. Le tourisme influence considérablement le taux de fréquentation des institutions muséales de la région; la clientèle touristique représentant 68% de la clientèle annuelle.

Aussi, dans la région, le nombre des centres d’archives est près de deux fois plus élevé que la moyenne des régions éloignées et est principalement constitué de centres d’archives des institutions religieuses (40%) et de centres d’archives de la discipline culture et société (33%).